Gorre ha Goueled

De la part de Kevre Breizh

mercredi 22 août 2012

Veuillez trouver ci-dessous un document reçu de Kevre Breizh qui, ainsi que vous le constaterez, organise en 2013 un colloque sur l’avenir des langues de Bretagne et la politique à développer en leur faveur.

DEOMP DE’I 2013

APPEL À CONTRIBUTION

pour la récupération de notre langue

La manifestation Deomp De’i du 31 mars 2012 a été un succès d’autant plus important qu’il a été relayé dans de nombreuses régions. Aux 12 000 manifestants de Quimper, il faut rajouter les 48 000 des autres régions, c’est à dire 60 000 au total.

Il est important de prolonger cette dynamique. Par ailleurs la situation politique en France vient de changer. L’élection d’un président de la République favorable aux langues régionales qui dispose d’une majorité parlementaire ouvre des perspectives nouvelles à condition que nous sachions en tirer profit.
Pour cela, Kevre Breizh a voté à l’unanimité le principe de journées de réflexion, intitulées : Deomp De’i 2013.

- Les objectifs sont clairs :

1) se réapproprier la langue. Le bilinguisme en soi peut-il être un objectif ?

2) définir une stratégie de reconquête par la société à partir d’une analyse sérieuse des réalités et des moyens,

3) construire un processus sans faire un catalogue ou débattre du contenu d’une loi.

4) construire l’avenir sans prendre une attitude partisane par rapport à ce qui a été fait.

- Quelques problématiques globales se dégagent :

1) Il est nécessaire de faire un diagnostic de ce qui a changé dans notre société : parler breton il y a 30 ans, ce n’est pas parler breton aujourd’hui. L’environnement politique et sociétal n’était pas le même, le regard des Bretons sur leur langue non plus. Cela doit nous amener à nous interroger sur la pertinence de nos analyses.

2) breton et gallo : le principe de base de l’action doit être le même pour le gallo que pour le breton : ce n’est qu’à partir de l’initiative sociale et de la société civile que l’on peut bâtir la langue qui est avant tout le produit de la société. Le niveau d’engagement de la société détermine le degré de revendication. Cela ne peut pas être une démarche descendante de l’autorité vers le bas.

C’est à chaque communauté linguistique de se déterminer. Chacune doit avoir sa propre démarche autonome : les bretonnants ne peuvent pas se mettre à la place des gallésants (pas plus que les Basques ou Catalans à la place des bretonnants).

Le mot d’ordre est : « réapproprions-nous notre langue », chacun concrètement dans sa langue et non abstraitement (idéologiquement) « dans nos langues »

3) Ce sont des Assises des langues de Bretagne et non de la culture bretonne. La culture bretonne n’est pas pour le moment en danger comme le breton et le gallo. Mais la langue se vit à travers la culture, d’où la nécessité de lier la langue à la culture. La question posée est l’usage de la langue dans les différentes activités culturelles.

4) La transmission : transmettre l’histoire de la lutte, de la société. Décrire notre propre « expérience du breton et du gallo », car sans connaissance du passé, il est difficile de construire l’avenir. Les acquis ne doivent pas être perdus, mais permettre de consolider la démarche.

5) Associer les élus de tous niveaux à nos réflexions car ils sont partie prenante de notre action et sont souvent issus des nos mouvements associatifs. Quelles sont les responsabilités de chacun ?

 

6) Quels outils avons-nous conçus pour nous réapproprier nos langues ? Quelle est leur pertinence ? Qu’ont-ils apporté et quelles en sont les limites ?

Avant de définir les thèmes exacts de la réflexion, il est essentiel d’établir auparavant un diagnostic. Nous appelons tous ceux qui sont intéressés par l’avenir de leur langue, de faire parvenir leur contribution sous la forme d’un diagnostic de l’existant d’ici le 15 septembre, en la faisant parvenir à Kevre Breizh. L’Office Public de la Langue Bretonne sera sollicité pour le diagnostic chiffré.

Ces contributions seront par la suite présentées sous forme d’une synthèse et serviront de base à la partie tournée vers l’avenir, qui fera l’objet de débats lors des journées Deomp De’i, selon les critères d’organisation déterminés ci-dessous :

- Transmission des contributions pour le site internet : kevre.breizh orange.fr

pour le 15 septembre 2012

- Rencontres/débats à Carhaix les 19 et 20 janvier 2013

- Déclaration finale/communication : 9 février 2013.

Un nouveau site DEOMP DE’I va être prochainement ouvert pour faciliter les échanges


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 159 / 8626

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Accueil  Suivre la vie du site Autour de nous   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License